Le financement des primo-accédants

Pour accéder à un crédit et surtout à celui qui permet d’acheter ou de construire une maison, il faut avoir un revenu pouvant couvrir les remboursements. Pour les primo-accédants à revenu modeste, cette situation constitue un obstacle à l’accès au prêt. Heureusement, cette année, de nombreuses dispositions ont accordé des faveurs à cette catégorie d’emprunteurs potentiels.

Le prêt à taux zéro

Dans le secteur de l’immobilier, le taux d’intérêt a baissé considérablement cette année. Cependant, l’octroi d’un crédit touchant cette branche peut également faire accéder à un PTZ ou prêt à taux zéro. Destiné principalement à ces primo-accédants dont l’entrée d’argent est limitée, celui-ci garantit un financement atteignant jusqu’à 40 % des opérations.

Le crédit peut concerner désormais tant les constructions neuves que celles anciennes destinées à être rénovées. C’est depuis janvier 2016 que ce renforcement a été effectué. Cette année, de nombreux établissements se sont proposé de faire une intégration de ces offres en ligne afin de les rendre accessibles à un large client potentiel.

Les aides au logement

Certaines catégories d’emprunteurs qui n’ont pas suffisamment d’apport ou de ressources peuvent également accéder au crédit grâce à différentes aides aux logements. En considérant le cas du prêt conventionné de l’État, il permet d’accéder à des fonds à un taux plafonné. L’opération se réalise sans condition de ressources. Il donne également accès à un APL faisant débourser un minimum de frais de notaire.

Vient ensuite le prêt action logement. Il se destine à des salariés. Son taux d’intérêt est très attractif et il est accordé sans imposer au demandeur une condition de ressource. Toutefois, il faut savoir que le fonds auquel l’emprunteur peut accéder est variable selon l’endroit où la demande est effectuée. Par ailleurs, il ne faut pas oublier le prêt d’accession sociale qui est aussi une forme de crédit conventionné.

Leave a Reply